Peut-on réellement arrêter les maladies infectieuses aux frontières ?

Rédigé par Ronald St. John

10 octobre 2014

Santé | Technologie | Voyage

Peut-on réellement arrêter les maladies infectieuses aux frontières ?

Tout le monde est très préoccupé par la possible propagation du virus Ebola dans le monde, en particulier depuis l'annonce de cas au Texas (États-Unis) et à Madrid (Espagne). La question qui se pose souvent est de savoir pourquoi les autorités n'arrêtent pas ces personnes dans les aéroports ou à d'autres points d'entrée dès leur arrivée.

En réalité, il n'y a que trois choses que l'on peut faire à un point d'entrée pour dépister les maladies. Lorsque j'étais directeur de la protection civile au Canada, lors de l'épidémie de SRAS en 2003, nous les avons toutes essayées.

1. Les questionnaires

Un questionnaire obligatoire pour les passagers à l'arrivée, les informant de leurs symptômes et de leur pays d'origine, peut permettre d'identifier les personnes susceptibles d'avoir été exposées ou présentant les premiers symptômes d'une maladie infectieuse. Le problème de cette méthode est qu'elle dépend entièrement de la sincérité de la personne qui répond. Les personnes peuvent choisir de fournir de fausses informations pour éviter d'être retenues pour un examen plus approfondi.

C'est ce que nous avons essayé de faire au Canada lors de l'épidémie de SRAS en 2003. Un questionnaire comportant trois questions était obligatoire pour tous les passagers à l'arrivée. Au total, 678 000 questionnaires ont été remplis et 2 478 personnes ont répondu par l'affirmative à une ou plusieurs questions. Une infirmière spécialement formée a envoyé chacune de ces personnes pour un interrogatoire approfondi et une prise de température. Le résultat ? Aucun des 2 478 personnes étaient atteintes du SRAS. Certains passagers avaient répondu par l'affirmative en disant qu'ils toussaient, mais dans quelques cas, la toux était due au fait que les personnes étaient des fumeurs invétérés.

L'approche par questionnaire n'est manifestement pas efficace.

2. Machines à balayage thermique

Une machine à balayage thermique peut être installée pour tenter de détecter les passagers à l'arrivée qui pourraient avoir de la fièvre. Les machines sont des détecteurs infrarouges qui sont pointés vers les passagers au niveau de la tête pour détecter les températures élevées. Elles sont généralement installées le long du passage menant à la salle d'inspection des douanes. La raison en est que ces machines sont assez coûteuses et qu'il serait prohibitif de les installer à chaque point d'entrée pour détecter les voyageurs à la sortie de l'avion.

Bien que ces machines soient certainement passionnantes pour tout amateur de technologie, elles présentent un certain nombre de lacunes. Tout d'abord, certaines de ces machines doivent être constamment recalibrées lorsque les conditions environnementales changent au cours de la journée. Par exemple, les couloirs très ensoleillés ont tendance à fausser les mesures relatives de la température des passagers. Deuxièmement, il existe de nombreuses conditions ou situations dans lesquelles un voyageur peut avoir une température élevée sans pour autant être atteint d'une maladie infectieuse. Cela peut aller d'une personne qui a chaud et transpire en se précipitant dans l'aéroport à une femme ménopausée qui a une bouffée de chaleur. Le fait est que le simple fait d'enregistrer des températures élevées n'est pas nécessairement un moyen efficace de détecter les maladies infectieuses.

Nous avons également tenté cette expérience au Canada lors de l'épidémie de SRAS en 2003. Des scanners thermiques ont été installés dans les six principaux aéroports qui accueillent environ 95 % des arrivées internationales. Les résultats obtenus dans les aéroports de Toronto et de Vancouver ? Sur les 468 000 personnes examinées, seules 0,02% (95) ont été adressées à une infirmière pour un examen plus approfondi. Aucun de ces personnes avaient en fait une température élevée, et toutes ont été blanchies.

3. Soutien sur le terrain

Les capitaines de navires (avions et bateaux) sont tenus, en vertu du règlement sanitaire international, de signaler aux autorités, au point d'arrivée, les personnes à bord qui sont malades. À ce moment-là, les agents de quarantaine sont prévenus et se rendent sur le navire pour évaluer la situation avant que quiconque ne soit autorisé à débarquer. De nos jours, des agents de quarantaine sont de garde dans de nombreux aéroports internationaux. Cette mesure est en vigueur au Canada et dans de nombreux autres pays depuis l'épidémie de SRAS.

Cette approche est tout à fait logique, car la personne malade présente déjà suffisamment de symptômes en cours de route pour susciter l'inquiétude. Alors que le passager peut simplement avoir mal au ventre ou être grippé, il est préférable d'évaluer cette personne et d'essayer d'éliminer la possibilité d'une maladie infectieuse grave. Si les agents de quarantaine soupçonnent une maladie infectieuse grave, le patient peut être immédiatement isolé afin d'éviter toute propagation potentielle. Les autres passagers peuvent être placés en quarantaine ou invités à fournir leurs coordonnées pour un suivi ultérieur.

Le principal inconvénient de cette approche est son coût. Il faut du personnel sur appel. Un agent de quarantaine qui fait des heures supplémentaires, éventuellement avec une prime de risque, peut coûter assez cher. Étant donné que le nombre de personnes effectivement signalées est généralement assez faible, le coût par incident est assez élevé.

Le principal problème de toutes ces méthodes est qu'elles ne permettent pas d'attraper une personne qui pourrait être en train d'incuber une maladie ou une personne qui a pris des mesures pour réduire ses symptômes.

Période d'incubation

La période d'incubation d'une maladie est le temps qui s'écoule entre le moment où un individu contracte un organisme infectant et celui où les premiers symptômes apparaissent. Dans le cas du SRAS, il a fallu en moyenne 10 jours pour qu'une personne commence à présenter des symptômes. Dans le cas d'Ebola, ce délai est compris entre 2 et 21 jours. La plupart des personnes commencent à présenter des symptômes d'Ebola entre 2 et 5 jours.

Pensez à la distance que vous pouvez parcourir en 48 heures. N'importe où dans le monde. Pensez-vous qu'il est probable que vous rencontriez une personne présentant des symptômes à l'aéroport ? Dépenser la majorité des ressources au point d'entrée pourrait être un effort futile.

La raison pour laquelle ces mesures ne fonctionnent pas très bien est que nous essayons de trouver une aiguille dans une botte de foin.

Voici le défi. Nous essayons de trouver quelques personnes qui pourrait ont contracté Ebola parmi le grand nombre de personnes qui voyagent par avion ou par d'autres moyens. Quelle est l'ampleur de ce chiffre ? Au Canada, en juillet de cette année, 2,6 millions de passagers sont arrivés dans le pays par deux de ses principaux transporteurs, Air Canada et Westjet. En d'autres termes, un très grand nombre de mois après mois, des personnes viennent au Canadasans parler des États-Unis ou des pays d'Europe ou d'Asie. Dans le plus grand aéroport du Canada, l'aéroport Pearson de Toronto, il y a environ 86 000 passagers. entrent et sortent de cet aéroport tous les jours. Trouver une personne infectée parmi toutes ces personnes relève de la proverbiale "aiguille dans une botte de foin".

Les responsables de la santé publique diront que la valeur prédictive positive dans une population à faible prévalence est presque nulle. En d'autres termes, la probabilité de trouver un véritable cas positif d'Ebola dans une vaste population qui n'est généralement pas atteinte d'Ebola est assez faible. Cela semble assez intuitif. Au Canada, lors de l'épidémie de SRAS de 2003, nous avons estimé qu'environ 1 passager sur 1,2 million était réellement atteint du SRAS. Nous avons donc eu beaucoup de faux positifs, car la probabilité de trouver une seule personne sur l'ensemble des passagers était déjà très faible. C'est pourquoi les méthodes de dépistage telles que les questionnaires et les scanners thermiques ne fonctionnent généralement pas.

Quelle est donc la meilleure façon de détecter et de traiter une maladie infectieuse grave ?

Dépistage dans les hôpitaux

La plupart des gens se rendent à l'hôpital le plus proche lorsqu'ils commencent à être vraiment malades. Le processus de dépistage le plus important a lieu dans la salle d'urgence où toute personne doit être interrogée non seulement sur ses antécédents de voyage, mais aussi sur ceux de sa famille. Le personnel hospitalier doit être informé des épidémies en cours dans le monde et savoir comment réagir lorsqu'il soupçonne une personne d'être infectée. Ce point de contact unique est de la plus haute importance et c'est à lui que nous devrions consacrer la majeure partie de notre temps et de nos ressources.

Qu'en pensez-vous ? Pensez-vous qu'il soit réaliste d'arrêter une maladie infectieuse à la frontière ? Devrions-nous consacrer notre temps et notre argent aux points d'entrée ? Faites-nous part de vos réactions dans les commentaires ci-dessous.

N'hésitez pas à nous suivre et à nous aimer :
Israël, Palestine et votre couverture d'assurance

Israël, Palestine et votre couverture d'assurance

À l'heure actuelle, Sitata a identifié et communiqué avec tous les voyageurs affectés par les événements en cours. Si vous prévoyez de voyager en Israël ou dans les Territoires palestiniens dans un avenir proche, veuillez noter ce qui suit. Notre assureur, United...

Manifestations d'agriculteurs dans toute l'Europe 

Manifestations d'agriculteurs dans toute l'Europe 

Au cours des derniers mois, l'Europe a connu une augmentation significative des manifestations d'agriculteurs qui ont entraîné d'importantes perturbations dans les transports. Des actions de protestation ont été signalées en France, en Allemagne, en Grèce, en Pologne, en Irlande, en Suisse, au Portugal et dans plusieurs autres pays...